post

Au niveau de la province indonésienne, Aceh, l’une des rares régions où on pratique encore la loi islamique dans le pays, la charia, deux hommes ont été condamnés à recevoir 80 coups de canne pour avoir eu une relation sexuelle. Vu que l’islam en Indonésie ne constitue pas seulement une religion, mais tout un mode de vie, l’application de la loi islamique dans cette province est toujours d’actualité même pour les visiteurs.

Des hommes gays condamnés à 80 coups de canne

Le 28 janvier dernier après l’appel à la prière selon l’horaire de prière en Indonésie, deux hommes ont été condamnés à 80 coups de canne en rotin pour avoir eu des relations homosexuelles. Le couple d’hommes torturés par la douleur ont supplié leur tortionnaire de marquer une pause entre les différents coups. Une brève interruption a eu lieu entre les 80 coups de canne afin de permettre aux jeunes hommes de boire de l’eau. Assistant à la flagellation de son fils, la mère de l’une des deux condamnés s’est évanouie.

Il est obligatoire de respecter les normes locales

Selon l’officier chargé du maintien de l’ordre, l’application de la loi islamique est obligatoire, peu importe ceux dont il s’agit. Même les touristes et les visiteurs sont tenus à respecter les différentes normes locales. 

Suite à une dénonciation de la part de leur propriétaire, les deux hommes ont été arrêtés. Il est important de mentionner que les relations sexuelles entre deux personnes ayant le même sexe sont entièrement illégales dans la province de Aceh, alors qu’elles sont légales dans le reste de l’Indonésie.

La province de Aceh est l’unique ville en Indonésie qui applique réellement les lois islamiques, par conséquent la flagellation est une punition assez courante dans la province. En effet, la flagellation est la condamnation la plus courante des accusations, de la consommation d’alcool, aux jeux en passant par l’adultère. Le 28 janvier dernier, par exemple, quatre personnes ont été flagellées pour avoir fréquenté des personnes du sexe opposé en dehors de leur famille et pour avoir bu de l’alcool.

Les organisations non gouvernementales ont dénoncé ces condamnations en affirmant que ces accusations portent atteinte aux droits de l’homme. En effet, les différentes associations de défense des droits de l’homme ont dénoncé ces pratiques barbares que pratique encore l’Indonésie. Néanmoins, la population de cette province indonésienne Aceh, soutient la flagellation.

Il est important de mentionner que la peine de mort est également inscrite dans la législation.