post

Alors que le mois saint en islam arrive à grand pas, les fidèles de la communauté musulmane s’inquiètent déjà sur les conditions du déroulement de leur jeûne durant ce ramadan 2021. En effet, dans un contexte de pandémie de Coronavirus, les musulmans se posent des questions sur le déroulement du mois de jeûne, surtout après la mise en place de plusieurs mesures restrictives pour éviter une troisième vague dont le risque plane sur le pays.
Dans ce contexte, l’Organisation Mondiale de la Santé a dévoilé plusieurs recommandations vis-à-vis de la tenue de ce mois saint en islam.

Les recommandations de l’organisation mondiale de la Santé

Tandis que la moitié de l’humanité était en confinement à cause de la propagation du Covid-19, l’Organisation Mondiale de la Santé a partagé, l’an dernier plusieurs recommandations, concernant le mois saint en islam.
Avec l’arrivée imminente du mois de jeûne, dont la date du début du mois de ramadan 2021 serait le 13 avril prochain, il est important de partager ces recommandations qui sont encore d’actualité.

Tandis que, l’OMS assure que le fait de jeûner durant le mois de ramadan ne présente pas de risque durant cette période de pandémie, aucune étude n’a été effectuée concernant la relation entre risque d’infection et jeûner le mois saint en islam. D’après l’Organisation mondiale de la Santé toute personne en bonne santé peut poursuivre son jeûne.
Néanmoins, toute personne qui est atteinte du Coronavirus, devrait s’abstenir de jeûner selon les dérogations prévues par la religion musulmane en concertation avec son médecin, tout comme c’est le cas pour les autres maladies. Cette recommandation englobe aussi les personnes qui ont des débuts de symptômes qui peuvent présager une contamination de coronavirus.

Le respect des mesures en vigueur

Par ailleurs, l’organisation appelle les personnes ayant une maladie chronique ou une affection préexistante, ainsi que celles qui sont âgées de ne pas participer dans les rassemblements vu le risque de se contaminer et de développer des complications sévères pouvant induire sa mort.

En outre, l’Organisation Mondiale de la Santé a tenu à rappeler l’importance du respect des mesures sanitaires encore en vigueur comme la distanciation sociale que ce soit pour dîner en famille ou lors des prières dans les mosquées.